Comment la crise sanitaire a donné naissance à la résidence “semi-principale”